Stelly ou la transition d’une coiffeuse amoureuse des locks

« Aime tes cheveux et ils te le rendront »

Voilà le crédo qui arpente mon esprit quand je décide d’arrêter les défrisages et de faire mon big chop en 2012. Apprendre à gérer mon petit afro de trois centimètres n’est pas évident. Surtout que j’ai toujours caressé l’espoir d’avoir une longue chevelure.

   

Originaire de « l’île papillon » plus communément appelée la Guadeloupe, j’y découvre un salon de coiffure dédié aux cheveux naturels. Là, je travaille et perfectionne les techniques de tresses et vanilles et autres coiffures apprises en autodidacte. Les premiers à en bénéficier : mes cheveux. Cette multitude de coiffures insoupçonnées facilitent ma transition.

Le salon est également spécialisé dans l’entretien et le soin des locks. Grâce à une clientèle nombreuse, j’apprends à maîtriser la méthode « twist » pour faire et resserrer les locks. Je suis émerveillée. Non seulement par la technique, mais aussi par toutes les coiffures imaginables sur une chevelure locksée.

Participer au processus de maturation des locks depuis le départ ; accompagner les client.e.s durant leur aventure qui demande tant de patience ; lire sur leurs visages le bonheur, l’épanouissement personnel. Tout cela sème en moi les graines « d’envie d’être locksée ».

En 2014 l’heure de la récolte sonne. Après avoir porté 2 ans ma nouvelle chevelure entièrement naturelle, je démarre mon aventure locks avec la sensation d’être enfin complète.

Contrairement à la plupart des gens, je prends plaisir à me regarder dans le miroir durant la phase de maturation: mes cheveux non disciplinés me donnent l’allure d’une lionne. Ce qui n’est pas pour me déplaire! Je leur parle souvent, je les remercie d’être là et leur témoigne mon amour.

Avec le temps, j’ai compris que ce n’était pas ma nouvelle chevelure que j’aimais contempler mais plutôt la véritable version de moi-même qui me rendait heureuse.

J’ai été attentive à chaque étape de cette aventure, chaque mois je notais une évolution, un changement qui renforçait ma décision d’aller dans cette direction. Je connaissais mon but, je savais précisément où j’allais et que j’y arriverai.

Je ne regrette rien. Bien au contraire. Chaque jour, je porte fièrement ma véritable couronne. Je considère que les locks sont la représentation la plus naturelle du cheveu car c’est en le laissant libre, sans le démêler, sans y toucher que la locks se forme.

Être soi, être libre, être naturelle sont à mon sens des atouts majeurs pour vivre pleinement son aventure capillaire.

 

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *